Moto
Symbole de liberté, de plaisir, de nouvelle jeunesse… de plus en plus de seniors re-enfourchent ou commencent la moto sur le tard.

Pour les seniors, la moto est essentiellement un moyen de déplacement pour les loisirs, plus que pour le quotidien

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’âge n’est pas un frein pour pratiquer la moto. D’ailleurs, dans la pratique, les seniors n’ont pas plus d’accidents que les autres. Par contre, avec l’âge, des changements physiologiques s’opèrent ayant un impact sur les aptitudes à la conduite. Avant de faire gronder le moteur, certaines précautions sont à prendre.

Bien choisir sa moto

Les progrès technologiques ont rendu les motos bien plus accessibles aux seniors. Il faut néanmoins trouver le bon compromis en optant pour un engin qui permettent d’allier un bon rapport poids/stabilité, le confort et la facilité de pilotage. Autre élément important, la cylindrée qui doit être adaptée aux compétences et capacités de conduite afin que l’on puisse toujours rester maître de sa moto.

Généralement, les seniors évitent les gros custom et grosses routières bien trop lourdes pour pouvoir être manœuvrées et maîtrisées facilement. L’arrêt au feu rouge relève souvent du défi avec de tels engins. Les grosses cylindrés et hyper sportives ne sont pas non plus plébiscités par les seniors car leur conduite nécessite souvent plus de finesse avec un niveau de réflexe et d’attention très élevé.

Le choix d’une moto se fait également en fonction de sa morphologie et de ses capacités physiques.

Ceux qui ont les genoux raides préfèreront un trail ou une moto haute de type « tout chemin » car sur ce type de moto les genoux sont moins fléchis et, du coup, les trajets, surtout s’ils sont longs, deviennent bien plus confortables.

Ceux qui ont des douleurs dorsales ou lombalgiques choisiront plutôt une moto avec un guidon plus avancé afin d’éviter d’être en position avant c’est-à-dire dos courbé et le poids du torse qui appuie trop fortement et de manière inégale sur les lombaires.

Ceux qui ont les poignets sensibles ou des douleurs dans les épaules choisiront une moto qui permette de maintenir le buste droit et d’être le plus détendu possible. Le choix se portera alors sur un trail ou une routière avec un guidon large plutôt qu’un custom ou une sportive dont la conduite est bien plus raide.

Sécurité

Même avec la meilleure des motos et même en prenant le maximum de précautions, personne n’est à l’abri d’une chute ou d’un accident. Or les accidents corporels pour un senior sont souvent bien plus lourds de conséquences car il est plus difficile de récupérer et de se remettre facilement passé un certain âge. Par conséquent, il faudra mettre l’accent et le prix sur les organes de sécurité (casque, gants, vêtements airbag avec renforts aux coudes, épaules, hanches et genoux, protection dorsale…).

Condition physique

Conduire une moto nécessite d’être en bonne forme physique. N’hésitez pas à faire le point et un check-up avec votre médecin afin qu’il évalue, avec vous, vos capacités physiques à conduire une moto. Ne négligez pas les exercices physiques qui vous permettront de rester en forme.
Privilégiez notamment la gymnastique de renforcement pour étirer et gainer le dos et renforcer les muscles dorsaux particulièrement sollicités lorsque l’on pilote une moto.

Se remettre à niveau


Lorsque l’on veut reprendre la moto, surtout après une longue interruption, il est fortement recommandé de faire un audit et de reprendre quelques cours de conduite avec une moto-école. Nos ateliers de la mobilité pourront également vous accompagner dans cette démarche de remise à niveau.

 



En naviguant sur ce site, j'accepte l'utilisation des cookies pour l'analyse, la personnalisation de contenu et la publicité. En savoir plus.