Médicaments
Médicaments et conduite ne font pas toujours bon ménage, la vigilance est de mise.

Les médicaments que nous prenons peuvent avoir des effets négatifs, le plus souvent insoupçonnés, sur la vigilance au volant

Des effets indésirables

Le principal effet lié à la prise de médicaments est la somnolence. Elle peut être entraînée ou favorisée par les tranquillisants, les somnifères et les différents médicaments contenant des barbituriques.

En fait, beaucoup de médicaments, dont certains paraissent tout à fait anodins, peuvent entraîner une somnolence. C’est notamment le cas de certains antiallergiques, anti-rhumes, anti-douleurs et même de simples sirops contre la toux.

Mais les médicaments peuvent avoir d’autres effets indésirables. Des pertes de connaissance et des vertiges peuvent être provoqués ou favorisés par les médicaments pris dans le cadre de traitement contre le diabète ou des problèmes cardiaques. Certains médicaments peuvent également entraîner des étourdissements, des troubles visuels et auditifs, des hallucinations, des sensations d’ivresse , etc. On estime qu’une personne qui prend des benzodiazépines (tranquillisants très employés en France tels que le Lexomil) a deux fois plus de risque d’avoir un accident.

Des pictogrammes pour les médicaments

Depuis juillet 2005, une signalétique particulière est apposée sur les boîtes de médicaments.

Elle est composée de trois pictogrammes, correspondant chacun à trois niveaux de risques, destinés à mieux informer les conducteurs sur les effets secondaires affectant la conduite.

 

CONSEILS

  • Chaque fois que vous commencez un nouveau traitement, demandez à votre médecin de famille s’il peut présenter des risques pour la conduite automobile et lisez toujours la notice.
  • Respectez toujours les indications sur les notices et attention à toute prise supplémentaire de médicaments.
  • Évitez toute automédication mais consultez votre médecin ou pharmacien.
  • N’arrêtez pas brutalement un traitement en cours sans l’avis de votre médecin. Stopper brutalement un traitement, même à base de tranquillisants, peut avoir des effets pouvant conduire à des troubles bien plus graves que la baisse de la vigilance.
  • N’associez jamais alcool et médicaments.
  • Évitez de prendre des somnifères pour mieux dormir avant un voyage de nuit. Préférez plutôt un départ serein, le lendemain, après une bonne nuit de sommeil.

 



En naviguant sur ce site, j'accepte l'utilisation des cookies pour l'analyse, la personnalisation de contenu et la publicité. En savoir plus.